8 conseils pour apprendre plus facilement par cœur un morceau

Découvrez aujourd’hui sur mon blog 8 conseils prodigués par Jasmine Choi pour vous permettre d’apprendre plus facilement par cœur un morceau ! Mais avant de vous les dévoiler, laissez-moi vous présenter Jasmine.

À propos de Jasmine

Jasmine Choi, également connue sous le nom de « la déesse de la flûte », est une flûtiste vedette. De nationalité sud-coréenne, elle commence la flûte après avoir appris pendant 9 ans le violon. En 2000, elle se rend aux États-Unis pour étudier au Curtis Institute of Music et à la Juilliard School auprès de professeurs de renom tels que Julius Baker et Jeffrey Khaner.

Elle a enregistré plusieurs CD en solo, a participé à de nombreux festivals de musique et a joué en soliste dans le monde entier avec un grand nombre d’orchestres et d’ensembles de musique de renommée internationale.

Pour en savoir plus sur sa carrière, vous pouvez consulter ci-dessous son site web et ses réseaux sociaux.

Jasmine Choi - flutist
©Jasmine Choi

Genèse de cet article de blog

The Magic of Memorizing

En tant que flûtiste et admiratrice de Jasmine, j’ai regardé récemment sa vidéo YouTube « La magie de l’apprentissage par cœur », et j’ai tout de suite pensé qu’au vu d’un contenu si intéressant, les lecteurs passionnés devraient y avoir accès sous la forme de leur moyen de communication préféré : l’écrit. J’ai donc décidé de demander directement à Jasmine si je pouvais transcrire ses précieux conseils dans un article de blog, et elle a accepté !

Voilà donc les 8 conseils de Jasmine Choi pour apprendre plus facilement par cœur un morceau :

8 conseils donnés par Jasmine Choi pour apprendre plus facilement par cœur un morceau

Conseil n° 1 – Apprendre les notes en premier

Learn your Notes First

« Vous voulez éviter d’apprendre et de retenir de mauvaises notes. La musique l’emporte toujours. Apprenez chaque note et chaque nuance.

Vous devez connaître parfaitement la pièce et les doigtés. Ainsi, quand vous commencerez à apprendre par cœur, vous maîtriserez déjà le morceau. »

Conseil n° 2 – Connaître la structure

Know the Structure

« Quand j’apprends une pièce par cœur, je visualise toujours la musique sous la forme d’une carte. Pas une de ces anciennes cartes en papier, mais une carte 3D Google Maps. Par exemple, sur Google Earth, lorsque vous tapez le nom d’une ville, l’application zoome sur l’emplacement, puis vous pouvez zoomer et dézoomer à votre guise. Vous devez voir la pièce comme un tout et être capable de zoomer avec la plus grande précision. Votre degré de précision doit être supérieur à ce dont sont capables les applications Google Earth et Google Maps et vous permettre d’observer une petite fourmi se promener. C’est ce niveau de détail qu’il faut viser.

Vous devez connaître la pièce dans le sens vertical et dans le sens horizontal. S’il s’agit d’une sonate pour flûte et piano, vous devez connaître la partie piano dans le sens vertical, et s’il s’agit d’un morceau de musique de chambre, vous devez connaître les différentes parties dans les deux sens, aussi bien verticalement qu’horizontalement. C’est sans doute plus simple pour nous flûtistes, car la flûte est un instrument mélodique. Nous n’avons qu’une ligne à regarder et avons l’habitude d’apprendre des mélodies par cœur. Dès lors que vous avez ce type de carte en tête, jouer par cœur est beaucoup plus simple, et vous avez plus confiance en vous.

Cette technique m’a beaucoup aidée, notamment lorsque j’ai joué des pièces de jazz. En effet, la structure de ces morceaux est différente de celle des pièces classiques.

En jazz, la structure consiste en un thème et un certain de nombre de mesures qui se répètent : le solo, les solos des autres instruments, dont certaines parties sont répétées deux fois. Par exemple, lorsque le thème est composé de 16 mesures, cette carrure se répète ou passe à 32 mesures, et ainsi de suite.

En musique classique, c’est un peu différent. Il faut connaître l’exposition et le développement. Et c’est à la réexposition, qui est légèrement différente de l’exposition, qu’il vous faudra prêter une attention particulière. »

Conseil n° 3 – Chanter dans sa tête

Sing Along in Your Head

« Je pense que cette technique est plutôt naturelle pour nous flûtistes, car nous jouons une seule note à la fois (enfin, la plupart du temps, sauf pour les sons polyphoniques). Quand on adore une chanson, on n’a de cesse de la chanter dans sa tête, et à un moment donné, on la connaît par cœur. Que ce soit pour les pièces classiques ou pour flûte, si vous pouvez chanter dans votre tête, vous pouvez aussi chanter « dans » votre flûte. Prenez simplement plaisir à jouer la pièce. Chantez dans votre tête. Et quand vous rencontrez un trait difficile, que vous n’arrivez plus à chanter la phrase suivante, vous pouvez regarder et réexaminer la partition, et ainsi vérifier vos connaissances. Et si la situation se reproduit, regardez de nouveau la partition. De cette manière, vous pourrez savoir exactement où vous bloquez.

Étudiante, je me sentais submergée de travail, car je devais jouer quatre études plus une pièce par semaine. C’était beaucoup. Je me souviens m’en plaindre à mon professeur. « Comment dois-je faire ? Je n’ai pas le temps. » Je suis maintenant sûre que si. Mais bref, je me plaignais, et mon professeur, Jeffrey Khaner, m’a répondu ceci : « Tu dois toujours consacrer ton temps à travailler les études, et pour les pièces de répertoire, c’est dans la tête que ça se passe.« 

Je pense que c’est à ce moment-là que j’ai essayé pour la première fois de chanter dans ma tête. »

Conseil n° 4 – Utiliser sa mémoire photographique

Use Your Photographic Memory

« Selon moi, chaque personne est douée d’une mémoire photographique jusqu’à un certain point. C’est comme de se souvenir des visages des gens, qui sont tous différents.

Mais bien entendu, certaines personnes sont dotées d’une véritable mémoire photographique, comme Lorin Maazel, ancien directeur musical de l’Orchestre philharmonique de New York. Il lui suffisait de regarder une seule fois une partition pour tout retenir. Toutefois, je ne parle pas ici de ce don extraordinaire. Je ne l’ai pas moi-même.

Même si vous mettez en œuvre plusieurs techniques de protection, comme d’apprendre les notes en premier, de connaître la structure et de chanter dans votre tête, vous avez aussi besoin d’un plan d’urgence. Si les plans 1, 2 ou 3 ne fonctionnent pas et qu’ils tombent à l’eau pendant le concert, votre plan de secours est d’utiliser votre mémoire photographique. Vous pouvez ainsi savoir où quel endroit de la partition vous êtes. Cette technique m’a vraiment sauvée à plusieurs reprises. En effet, elle me permet de parcourir les différentes pages de la partition en même temps que je joue. Je ne dis pas que cette technique marche à tous les coups, mais simplement que, d’après mon expérience personnelle, ça vaut le coup d’essayer, et ensuite, c’est vous qui décidez ! »

Conseil n° 5 – Filer la pièce

Do a Run-through

« Nous avons parlé du fait de chanter dans sa tête. Maintenant, vous devriez pouvoir jouer la pièce d’un bout à l’autre et savoir jusqu’où vous connaissez la pièce par cœur. Parfois ça marche et parfois non. Vous aurez besoin de répéter peu ou beaucoup, il n’y a pas de règle.

À ce stade, vous devez déjà savoir vos notes. N’essayez plus d’apprendre chaque note. Apprenez-les avant. Apprenez les notes en premier. Quand vous apprenez juste les notes, ne filez pas le morceau. Si vous le faites une fois de temps en temps, c’est bien, car cela vous permet de dresser un tableau complet de la pièce, mais si vous vous contentez d’apprendre la pièce en la filant encore et encore, je sais par expérience que cela ne mène à rien.

C’est la même chose quand vous chantez dans votre tête. Si vous ne vous souvenez pas de la phrase suivante, vous pouvez consulter la partition et l’étudier de nouveau. Vous pouvez alors combiner les conseils 1, 2, 3 et 4. »

Conseil n° 6 – Tomber amoureux de la pièce

Fall in Love with the Piece

« Quand vous jouez une pièce, vous devez l’aimer sans condition.

Parfois, vous allez jouer un morceau qui vous tient très à cœur. Qui « résonne » en vous. Il vous sera alors très facile de vous y plonger, de l’apprendre et de l’interpréter.

Par contre pour d’autres morceaux, vous vous dites… « Pourquoi ? Pourquoi est-ce si difficile ? Une minute, je ne comprends pas cette atmosphère. Je ne vais pas y arriver. » D’autres fois encore la pièce peut vous sembler extrêmement éloignée et différente de ce que vous connaissez.

Cependant, lorsque vous jouez une pièce, il ne s’agit pas de vous. Vous devez être transparent. La pièce doit vous traverser. Si vous ne l’incarnez pas pleinement, si vous n’en êtes pas pleinement amoureux, si vous n’en êtes pas pleinement convaincu, vous ne transmettrez pas son message. Qu’importe que vous jouiez par cœur ou avec la partition, vous ne transmettrez tout simplement pas son message. C’est l’un des fondements que tout interprète doit appliquer. »

Conseil n° 7 – S’abstenir si on n’est pas prêt

Don't if You're Not Ready

« Lorsque j’étais étudiante, je jouais dans l’orchestre labo (un orchestre d’étudiants qui joue uniquement dans le cadre des cours de direction). Otto-Werner Mueller, le professeur du cours de direction, était très strict, et voici une des choses qu’il m’a apprises :

Un jour, un de ses élèves dirigeait par cœur une des symphonies de Beethoven. Il n’était pas très sûr de lui, et il a dû faire une erreur. En tout cas, M. Mueller lui a dit : « Pourquoi diriges-tu par cœur si tu ne connais pas la pièce ? » Et l’élève a répliqué : « Je pensais la connaître. Avant, ça marchait. » Et M. Mueller lui a répondu : « Bien, si tu ne connais pas le rythme et la nuance joués par chacun des instruments de l’orchestre, si tu ne sais pas quand entre le deuxième basson, si tu ne sais pas ce que joue le piccolo, alors ne dirige jamais par cœur.« 

Ça m’a vraiment frappé, car ce raisonnement est parfaitement logique. Si vous ne connaissez pas chaque nuance, chaque dynamique et ce que joue chaque instrument, il vous est alors impossible d’avoir confiance en vous. Et si vous manquez de confiance, l’orchestre sera sur la défensive, prêt à détecter la moindre de vos erreurs.

Cela s’applique à la pratique de la flûte et de tout autre instrument.

Voici un autre enseignement que j’ai appris de mon second professeur : Jeffrey Khaner, première flûte de l’Orchestre de Philadelphie.

« Quand on joue de la flûte ou de tout autre instrument, le public doit savoir, d’oreille, ce qui est écrit sur la partition. Il doit par exemple être en mesure de repérer les détails suivants : la note de départ d’un crescendo, la dynamique de telle ou telle note, l’emplacement d’une liaison et le type de staccato utilisé. Le public doit être capable de noter avec précision ce que l’interprète joue.« 

Cette affirmation se rapproche de ce que disait M. Mueller.

Alors abstenez-vous de jouer par cœur si vous n’êtes pas prêt, car vous serez stressé, et le public aussi. Vous ne voulez pas que les gens se disent : « Je me demande quand il va se tromper. J’ai l’impression qu’il est préoccupé. » Etcétéra. Ce n’est pas ce que vous recherchez.

Ne jouez par cœur que lorsque que vous connaissez votre morceau sur le bout des doigts et que vous pouvez vous réveillez au bout milieu de la nuit et réussir à le jouer à la perfection. C’est cette assurance que vous devez avoir. Quand vous l’avez, la musique vient tout naturellement. »

Conseil n° 8 – Lâcher prise et profiter

Let Go and Enjoy

« Le lâcher-prise se produit quand vous jouez une pièce avec assurance et en toute confiance.

Beaucoup de gens me disent : « Quand on te voit jouer sur scène, ça paraît tellement simple. » C’est peut-être le cas, mais pour en arriver là, ça n’a pas été aussi simple.

En d’autres mots, pour jouer avec aisance, soyez pleinement présent, lâchez prise et laissez parler la musique.

Pour ce faire, vous devez beaucoup vous entraîner. Que vous jouiez par cœur ou avec la partition, quand vous êtes sur scène vous devez jouer en toute confiance et transmettre le message du compositeur. Il ne s’agit pas de vous. Jouez simplement. Personne ne vous juge. Le public est là, assis, et prend plaisir à écouter la pièce.

Travaillez avec acharnement. Aimez la pièce passionnément. Puis sur scène, lâchez prise, tout simplement ! »

En bref

Voici un résumé des 8 conseils prodigués par Jasmine pour apprendre plus facilement par cœur un morceau :

Si vous voulez écouter directement Jasmine, je vous encourage également à regarder sa vidéo YouTube. (Vous pouvez aussi, si vous le souhaitez, activer les sous-titres en anglais ou en français que j’ai créés pour Jasmine !)

Inscrivez-vous à la newsletter de Tradistica !

* champ obligatoire



Veuillez sélectionner les informations que vous souhaiteriez recevoir de Tradistica :


Vous pouvez vous désabonner à tout moment en cliquant sur le lien figurant dans le pied de page de mes e-mails. Pour en savoir plus sur ma politique de confidentialité, veuillez consulter mon site web.

J’utilise Mailchimp comme plate-forme de marketing. En cliquant ci-dessous pour vous inscrire, vous reconnaissez que vos informations seront transférées à Mailchimp pour traitement. En savoir plus sur la politique de confidentialité de Mailchimp.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.